Le bénévolat occasionnel

Ils sont loin les jours où les bénévoles s'engageaient à venir prêter main-forte semaine après semaine, et parfois même année après année. Aujourd'hui, de nombreux bénévoles recherchent des occasions de collaborer à des événements ponctuels ou à court terme. À ce sujet, l'Enquête nationale sur les organismes bénévoles et sans but lucratif révèle que 31 % des bénévoles donnent de leur temps une ou deux fois par an seulement.

Le bénévolat occasionnel, comme on l'appelle, oblige les organismes ayant recours à des bénévoles à déployer des trésors de créativité afin de créer des postes adaptés à cette réalité en maximisant les avantages liés à la participation de ce nouveau type de bénévole.

Mais le jeu en vaut la chandelle, selon Carolyne Hudson, directrice du financement, du marketing et des communications à Sports Québec.

À part les bénévoles occasionnels engagés dans les activités de financement comme les galas et les tournois de golf, quelque 5 000 bénévoles apportent leur aide durant les dix jours des Jeux du Québec. Certains optent pour des périodes de bénévolat d'une heure, tandis que d'autres étendent cette collaboration à deux ou trois jours.

Ce qui rend leur participation avantageuse est ce qui se produit après les Jeux. Comme le fait remarquer Mme Hudson, « C'est un tremplin pour la promotion du bénévolat dans un milieu. Nous avons des Québécois qui proviennent de tous les coins de la province. Certains n'ont encore jamais eu l'occasion de participer à un événement de cette envergure. Ils goûtent la joie du travail bénévole.

Nous espérons qu'après les Jeux, ces personnes continueront à s'engager chez elles parce qu'elles ont constaté que le bénévolat a un impact dans la collectivité et dans leur propre vie. » Pour elle, il ne fait pas de doute que des bénévoles occasionnels repartent déterminés à s'engager dans des activités sportives régionales de plus petite envergure chapeautés par Sports Québec.

Retour aux Activités à court terme