Femmes de minorités ethnoculturelles - Une étude exclusive du CABM

Quelle place pour les femmes issues de minorités ethnoculturelles au sein des CA des organismes associatifs et communautaires montréalais en 2018?

 

ÉTUDE COMPLÈTE


Résumé


Recherche et rédaction par

Johanne Thomson-Sweeny

Étudiante au doctorat et à la maîtrise en travail social à l’Université de Montréal

Myriam Girod

Étudiante au baccalauréat en linguistique à l’Université du Québec à Montréal;

Diplômée d’une maîtrise en management des politiques sanitaires et sociales de l’Université Pierre Mendès-France


Les études[1] démontrent que la diversité en matière de personnes issues de minorités ethnoculturelles, dans un Québec marqué par le multiculturalisme, n’est pas présente dans tous les secteurs, comme dans les lieux décisionnels. Qu’en est-il de la place des jeunes, les personnes âgées, les femmes et les personnes en situation de handicap, n’étant déjà pas représentés de manière proportionnelle à la population dans les secteurs publics, issus de minorités ethnoculturelles?

Afin d’explorer ce phénomène, le MIDI (Ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion) a fait un appel à projets auquel le Centre d’action bénévole de Montréal a répondu en proposant un programme en trois volets, dont un volet recherche, auprès des femmes issues de minorités ethnoculturelles[2]. Le volet recherche fut une étude pour mettre en lumière la représentativité des femmes issues de minorités ethnoculturelles dans les conseils d’administration des quelque 400 organismes communautaires et associatifs membres du CABM à Montréal. Les termes « minorités ethnoculturelles » désignent les groupes minoritaires dont les caractéristiques ethnoculturelles (couleur, langue, culture) diffèrent de la majorité franco-québécoise et qui sont susceptibles de faire l’objet de discrimination systémique. L’objectif de l’étude était d’explorer l’enjeu de participation et d’inclusion des femmes issues de minorités ethnoculturelles dans les lieux décisionnels des organismes montréalais.

113 organismes ont répondu à un questionnaire téléphonique afin de dresser le portrait de la diversité des femmes issues de minorités ethnoculturelles dans les CA d’organismes montréalais. Des analyses quantitatives et qualitatives, analyse de contenu, ont été réalisées. Des 113 organismes ayant participé à l’étude, 56 organismes ont au moins une femme issue de minorités ethnoculturelles dans leur CA, avec un nombre total de 123 femmes issues de minorités ethnoculturelles. Le discours des répondantes et des répondants de ces 56 organismes soulève le suivant :

  • 17,86% des organismes utilisent des stratégies spécifiques pour intéresser les femmes de minorités ethnoculturelles à joindre leur CA.
  • 26,79% des organismes utilisent des stratégies spécifiques pour intégrer des femmes issues de minorités ethnoculturelles une fois qu’elles siègent sur leur CA.
  • 92,86% des organismes ayant au moins une femme issue de minorités ethnoculturelles disent percevoir des avantages à la présence des femmes issues de minorités ethnoculturelles dans leur CA.
  • 41,07% de ces organismes disent avoir rencontré des obstacles ou des défis concernant l’intégration de femmes issues de minorités ethnoculturelles au sein de leur CA.

Plusieurs facteurs ont été soulevés par ces organismes expliquant leur expérience quant à la présence ou non de la diversité féminine ethnoculturelle dans leur CA. Les résultats permettent de faire un portrait de la représentativité des femmes de minorités ethnoculturelles dans les CA d’organismes communautaires et associatifs. Ils démontrent en effet que, tout comme pour les femmes de la majorité franco-québécoise, les femmes issues de minorités ethnoculturelles sont plus nombreuses à siéger sur les CA que les hommes issus de minorités ethnoculturelles. Même si ces données sont encourageantes, certaines questions demeurent. Est-ce que ces femmes sont bien intégrées? Est-ce qu’elles vivent des situations de racisme, de discrimination, au sein de leur CA? Quel est le point de vue de ces femmes quant à leur présence dans le CA de leur organisme et le sujet étudié? Quels sont les besoins chez les organismes afin d’atténuer les obstacles et les défis associés au recrutement et l’inclusion des femmes issues de minorités ethnoculturelles?

Alors que l’étude réalisée a permis de conscientiser les organismes et la société à l’enjeu du manque de diversité ethnoculturelle au sein des lieux décisionnels communautaires, d’autres recherches doivent être réalisées auprès des organismes montréalais, mais aussi auprès des femmes et autres personnes issues de minorités ethnoculturelles, afin d’approfondir toutes les facettes du sujet. Une présence de diversité n’est pas suffisante pour dire que les groupes issus de minorités ethnoculturelles ont un impact réel dans les lieux décisionnels. Une analyse plus détaillée auprès des acteurs entourant ces groupes est nécessaire pour mieux cerner la manière dont ces derniers sont acceptés, traités et reconnus en tant que personnes ayant des compétences pouvant contribuer au bon développement des organismes et la société.


[1] Les études recensées dans le cadre de ce projet se trouvent dans le rapport complet.

[2] Le deuxième volet porte sur la sensibilisation des femmes issues de minorités ethnoculturelles à leur participation dans les CA ou dans un comité décisionnel d’organismes communautaires. Le programme de ce volet contient des formations, une conférence de femmes inspirantes, des ateliers de développement de soi ainsi que des occasions de réseautage. Le troisième volet cible les organismes afin de les outiller dans l’intégration des femmes issues de minorités ethnoculturelles dans leur CA ou leur comité décisionnel.


ÉTUDE COMPLÈTE